Ecole de la Non-Dualité

L’Advaita est la voie spirituelle qui reconnait que la réalité absolue est infinie, sans forme, conscience non-duelle, et que la possibilité suprême de la vie humaine est de réaliser cette conscience en tant qu’Absolu.

« Avant que le temps fut, seule existait la Réalité Une. Elle était plénitude, plénitude d’être, de conscience et de béatitude »

Patrick a développé une forme d’enseignement, simple et direct, exposant la sagesse libératrice à laquelle se réfère les traditions non duelles. Il propose une pratique  (Atma-Sannidhi Vichara) reflétant, sous une forme occidentalisée, les enseignements des grands maîtres de l’Atma yoga.

Le travail de Patrick est basé sur une profonde investigation sur la véritable nature de notre relation à la vie, permettant à chacun de découvrir et de transcender les différentes illusions sur le Chemin.
Le centre de cette investigation est constamment dirigé vers l’expérience de « qui nous sommes », « qu’est ce qui est, ici et maintenant », accompagné du Discernement (Viveka)
Pour cela il est proposé l’Accompagnement spirituel. 
Patrick est  aujourd’hui le successeur d’une longue lignée d’enseignants du Vedanta du coeur (Behdabedha ou Dvaitadvaita) reconnaissant l’Unité ans la difference. Le Dvaitādvaita (« dualité dans la non-dualité ») est une école du Vedanta . Celle-ci a été fondée par le philosophe Nimbārka vers le 12e siècle de notre ère. Cette école liée aux Védas reconnait une dualité entre l’âme et le Tout c’est-à-dire dieu mais admet qu’il il y aussi une non-dualité. En fait pour le Dvaitadvaita, Dieu est en toute chose sur Terre: là est la non-dualité; en essence tout est un, mais en formes et qualités les êtres vivants sont différents d’où une dualité et l’importance de la relation. Et nous rejoignons là l’enseignement de Jésus.

La pratique du Rappel et la consécration à la Vérité sont essentiels dans l’Atma yoga, le yoga de la Vérité.

Ce yoga, en tant que processus d’accompagnement individualisé, fut dispensé par de grands sages. En Inde il est relié à la tradition Dvaitadvaita, dont Sri Ramakrishna, Swami Ramdas et Ma Ananamayi sont les représentant les plus connus.

Cette Voie  se transmet en petits groupes de disciples sous la forme d’un accompagnement spirituel personnalisé.
Renseignement sur demande: enpaix@orange.fr
mario-vargas-
***
*
Seul l’amour de la Vérité conduira à l’Eternel
*
« La dualité n’est pas absolument absente de la non dualité, car il est dit qu’il y a une manifestation de la dualité dans le Seigneur, alors même qu’il est sans dualité. Cette manifestation est nommée « captivité dans le cycle de la transmigration », désignée encore par les mots « magie », « ignorance », etc. On appelle « transmigrant » ceux qui y sont enfermés. Parce qu’ils sont obsédés et angoissés par cette (prison), ils croient fermement au pur et à l’impur.
Quant à ce traité, il enseigne le yoga du Seigneur. Le yoga du Seigneur est la non dualité sans couples d’opposés (comme le pur et l’impur, etc.). Son enseignement doit être dispensé ainsi : tant que l’on suppose que le (réel) est affecté de dualité, on la réfute encore et encore (, mais on n’enseigne pas la non dualité directement), car il n’y a pas de pratique pour entrer et rester dans la non dualité qui est le Seigneur Bhairava, puisque (« entrer » et « rester ») ne sont rien d’autre que des créations de la dualité. Par conséquent, tout l’effort déployé à la fois par les maîtres et par les disciples sert à éradiquer l’angoisse engendrée par toute la dualité qu’ils imaginent. » (Abhinavagupta)
*
*
w_big-bang2

Ramakrishna citait souvent l’histoire de Brahman‑éléphant et de Brahman‑cornac.

Cette histoire raconte qu’un jour deux étudiants du Védanta sortirent pour faire une promenade.  Un éléphant fou se trouvait dans la rue.  Le cornac, assis sur le dos de l’animal, dit aux étudiants de se sauver.  L’éléphant était dangereux et pouvait les attaquer. L’un des étudiant se mit de coté mais l’autre étudiant pensait que tout est Brahman.  Dans l’éléphant aussi Brahman est là.  Brahman ne peut faire de mal à Brahman.  Enhardi par ses affirmations, le deuxième étudiant resta dans la rue.   Donc, cet élève du Védanta alla chercher des fleurs et commença à les offrir à cet éléphant en chantant ses louanges.  Et voilà que ce Brahman éléphant, ignorant tout de cette adoration, attrapa le jeune homme avec sa trompe et le jeta dans un coin.  C’est l’histoire.  Pourquoi l’étudiant n’avait‑il pas écouté aussi le Brahman‑cornac ?

Ramakrishna commentait cet incident longuement, montrant à ses disciples jusqu’à quel point nous avons la liberté, le libre arbitre et la grâce du Seigneur, tout à la fois. A nous d’en faire bon usage.

 

Petite âme

Il était une fois, au temps d’avant le temps,
une Petite Âme qui dit à Dieu : « Je sais qui je suis ! »
Et Dieu dit : « C’est merveilleux ! Qui es-tu ? »
Et la Petite Âme cria : « Je suis la Lumière ! »
Dieu sourit d’un grand sourire. « Oui, c’est ça ! » s’exclama-t-il.
« Tu es la Lumière. »

La Petite Âme était si heureuse,
car elle avait résolu le mystère
que toutes les âmes du Royaume étaient venues résoudre.
« Wow, » dit la Petite Âme, « ça c’est vraiment cool ! »

Mais bientôt, de savoir qui elle était ne lui suffit plus.
La Petite Âme sentait des remous à l’intérieur,
et maintenant elle voulait être qui elle était.
Et donc la Petite Âme retourna voir Dieu
(ce qui n’est pas une mauvaise idée
pour toutes les âmes veulent être qui elles sont vraimentt)
et dit : « Salut, Dieu ! Maintenant que je sais Qui Je Suis,
je ne le ressens pas suffisamment ? »
Et Dieu dit :
« Tu veux dire que tu ne ressenes pas qui tu es qui tu es ? »
« Eh bien, » répondit la Petite Âme,
« c’est une chose de savoir Qui Je Suis,
et une autre totalement différente de l’être vraiment.
Je veux sentir ce que ça fait d’être la Lumière ! »
« Mais tu es la Lumière, » répéta Dieu, avec un autre sourire.
« Oui, mais je veux voir comment on se sent ! » s’écria la Petite Âme.
« Bon, » dit Dieu avec un petit gloussement,
« je suppose que j’aurais dû le savoir.
Tu as toujours été la plus aventureuse. »

Puis l’expression de Dieu changea. « Il y a juste une chose… »
« Quoi ? » demanda la Petite Âme.
« Eh bien, il n’existe rien d’autre que la Lumière.
Vois-tu, je n’ai rien crée d’autre que ce que tu es ;
alors, il n’y a pas de manière facile pour toi
de faire l’expérience de Ce Que Tu Es,
puisqu’il n’y a rien que tu n’es pas. »

Publicités