Christ et Vedanta

Le Vedanta comporte deux grande voies: la voie dualiste (Dvaita) « moi et toi sont différents » et la voie non-dualite (Advaita) « moi et toi sommes un ».

Ces deux voies sont totalement différentes et ne trouvent leur convergence qu’en leur sommet.

Ainsi en Jésus L’expérience de l’Advaita vedanta se révèle quand il dit  » Moi et le Père sommes Un ».

Et en même temps  pour Jésus, Dieu le Père est vraiment un « autre » à qui il dit :
« Tu », et Jésus s’entend dire par Dieu : « Tu es mon fils ».

Jésus n’a jamais ressenti l’angoisse des mystiques devant l’infini de Dieu.  Le « Tu » qu’il disait au Père le sépara en quoi que ce soit de Dieu. Être de Dieu et être un avec Dieu, cela se rejoignait au fond de la conscience de Jésus de la façon la plus naturelle et la plus essentielle.

L’essentiel de son message est de révéler l’amour du Père. Cet amour qui rapproche l’immensité du Divin à la mesure de l’etre humain.

L’expérience christique accomplit l’expérience védantique.

Le Jésus de l’histoire est inséparable du Christ universel;  mais sa présence universelle et son action universelle ne sont pas liées par les limites du bercail méditerranéen.

La pensée juive et grecque a modelé le christianisme méditéranéen. Mais l’Evangile s’est répandu rapidement. St Thomas l’apporté en Inde (son tombeau est à Chennai).

Et là la parole du Christ s’est enracinée dans une autre culture et une autre vision du monde. Ce n’est pas une étude intellectuelle qui va nous aider à nous comprendre la nouveauté venue de l’Inde, mais bien l’expérience intérieure de la Présence.

 

Résultat de recherche d'images pour "jesus en inde"

 

 

Résultat de recherche d'images pour "jesus en afrique"

 

Image associée

 

Entre Dieu et l’homme, c’est comme une proximité et une distance qui s’appellent  mutuellement. Présence et transcendance se révèlent dans l’immanence.

Seule en effet, l’immanence rend possible la transcendance, et réciproquement. Ce sont deux faces complémentaires d’une unique réalité. C’est dans la mesure même où l’homme pénètre en soi qu’il parvient à Dieu.

Pour trouver Dieu, en vérité, il lui faut descendre jusqu’au plus profond de soi.

Publicités