Providence

Le chemin que je connais s’appelle l’éveil par la pratique intérieure.

Il s’agit d’un chemin traditionnel. Celui d’une personne qui demande à un maître de devenir son disciple.

Chemin de diverses pratiques spirituelles qui balisent l’évolution de la conscience

Chemin d’accompagnement qui permet de traverser les différentes résistances de l’ego.

Chemin solitaire aussi car souvent on se sent seul au milieu du monde.

 

Avec du recul ce chemin ne fut pas si difficile, et pourtant il y en eut des périodes de doutes, de désespoir, de lassitude. Mais impossible de retourner en arrière, seulement faire du sur-place est possible.

Il y eut des décision terribles à prendre, il y eut des choix de vérité difficiles à réaliser.

Il y eut l’isolement et la solitude, et aussi le dépouillement matériel.

 

« Quand tout va mal, il faut chanter Dieu, il faut chanter Dieu, même sans y croire. Ceci agit toujours », m’avait dit une religieuse malicieuse.

Et il est toujours venu du secours. Il vient, je l’ai vécu de nombreuses fois.

 

Un jour, alors que je faisais du stop et que la faim me tenaillait. Je fus très dépité de constater que je n’avais même pas de quoi m’acheter une demi-baguette. Par habitude, pour m’occuper le mental, je fredonnais « Mon Seigneur et Mon Dieu, je m’abandonne à Toi »: Un vieux paysan me prit dans sa 4L, puis en descendant, il me tendit un billet de 10 Francs, pourtant je ne lui avais rien dit de ma faim, et de mon dénuement. Qu’est ce qui a poussé ce vieil homme pauvre à me donner de l’argent alors qu’il ne connaissait pas ma situation?

 

La providence agit, est-elle réservée à certains elus? Non je ne le pense pas, mais ce que je crois c’est que souvent nous ne la voyons pas à l’oeuvre.

La providence a une action pédagogique, elle nous tend la main pour nous conduire plus loin. Et ce plus loin, c’est toujours tout autre chose que ce qu’on croit.

 

Souvent, quand on est en chemin spirituel, on souhaiterait passer plus de temps à méditer, avoir moins de contraintes, se trouver dans un lieu plus propice. Mais nous sommes tous exactement là où nous devons être. Si nous devions être en longue retraite, nous y serions, si nous devions vivre en Inde, nous y vivrions. Si tel n’est pas le cas, c’est que la vie nous indique que ce que nous devons apprendre est exactement là où l’on est, tout au moins pour le moment.

 

J’ai fini par le comprendre, mais j’y ai mis du temps. Parce que l’univers et Dieu sont un, et que finalement le but est de ne plus ressentir la moindre opposition entre l’action dans le monde et la contemplation de l’âme.

 

Il faut juste vivre au mieux, d’instant en instant, c’est-à-dire dans un accueil détendut. Essayant de rester réceptif à la grâce par une attention bienveillante.

Chacun a son chemin et il est inutile de  le comparer avec d’autres. Tous mènent au même but, car il en a qu’un. Mais certains sont très tortueux, d’autres directs…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s